ecovoiturage-upper

news menu left
top news photography Saint-Ursanne: les employés de l’hôtel sont «extra-ordinaires»

L’hôtel Demi-Lune, à Saint-Ursanne, emploie depuis avril des jeunes qui ont un handicap mental. Une histoire née de la conviction que chacun a quelque chose à donner. Pour en savoir plus...
PDF Imprimer Envoyer
Articles 2019 - Edito
Mercredi, 28 Août 2019 00:00
 

Edito: Une rentrée nucléaire

Aude Pidoux_interieur

Rentrée des classes. Pour beaucoup d’élèves, il s’agit d’un moment de joie et de surprises: on revoit ses amis, on découvre sa nouvelle classe, sa nouvelle école, ses nouveaux profs. Mais pour un nombre non négligeable de jeunes, le retour à l’école est aussi synonyme d’angoisse: Qui sera dans ma classe? Va-t-on continuer à se moquer de moi? Est-ce que je vais réussir à me faire des amis?
Force est de constater que malgré les efforts de l’école et des enseignants pour sensibiliser les élèves aux méfaits du mobbing et du harcèlement, les «plus cools» de la classe sont rarement les plus gentils et les plus empathiques. Pour se faire respecter et s’imposer, la recette semble immémoriale : il faut l’ouvrir grand, afficher un ego solide et prendre les autres pour cible.
On ne s’assagit pas en grandissant, montrent les grandes puissances mondiales : la Russie et les Etats-Unis, qui viennent de se retirer du Traité de désarmement sur les forces nucléaires intermédiaires, sont en train de relancer la course aux armes nucléaires de moyenne portée. Le 8 août, une explosion lors du test d’une telle arme faisait cinq morts sur une base militaire russe du Grand Nord; le 18 août, les Etats-Unis procédaient à un premier test de missiles de portée intermédiaire au large de la Californie, à la grande indignation de la Russie et de la Chine, qui disposent pourtant l’une comme l’autre d’un arsenal nucléaire bien fourni.


Pourquoi sommes-nous à ce point fascinés par les
grandes gueules et les gros bras?


 Comme en classe, dans le jeu international, il s’agit de l’ouvrir grand, d’afficher sa puissance et de faire peur aux autres. Si cela implique des armes nucléaires capables de faire des carnages, qu’importe! Et comme à l’école, où les «cools» tirent leur légitimité de l’approbation de leurs camarades, les dirigeants des puissances nucléaires valident leurs agissements par des élections démocratiques, du moins pour les Etats-Unis et la Russie.
Enfants comme adultes, pourquoi sommes-nous à ce point fascinés par les grandes gueules et les gros bras au point de leur donner le pouvoir? Et quand comprendrons-nous que les discrets, les rêveurs et les généreux ont beaucoup plus à offrir?
L’école travaille beaucoup sur les questions de mobbing et de harcèlement avec les enfants. Si l’on parvient à montrer aux élèves que les plus bruyants ne sont pas forcément les plus intéressants, peut-être la prochaine génération choisira-t-elle ses dirigeants politiques avec plus de discernement.

Mise à jour le Mercredi, 28 Août 2019 15:13
 

 unpluspourtous

Cette semaine

2019-35-sommaire 

 

archives-2019

 




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch