ecovoiturage-upper

news menu left
top news photography Genève voit disparaître ses mammifères

De la plus petite des souris au plus grand des cerfs, le bassin genevois regorge de mammifères sauvages. Les fidèles lecteurs de l’Echo en connaissent une partie via la page Faune de chez nous qu’a écrite Jacques Gilliéron durant de nombreuses années. Le naturaliste sort cette année l’Atlas des mammifères terrestres du bassin genevois en collaboration avec Jacques Morel. Un inventaire exhaustif et détaillé des espèces sauvages qui offre un arrêt sur image de nos connaissances actuelles. Pour en savoir plus...
Articles 2018 - Edito
Jeudi, 11 Octobre 2018 00:00
 

Edito: Au diapason des jeunes

Geneviève

Une institution en crise, en chantier et grosse d’espérance: c’est le tableau contrasté qui se dessine devant les yeux du catholique qui considère son Eglise aujourd’hui.
Secouée depuis des mois par des affaires de pédophilie, l’Eglise se voit obligée de se pencher sur son passé dans une opération vérité d’une ampleur inédite. Opération à laquelle le pape François a donné un coup d’accélérateur en dénonçant clairement un ennemi majeur: le cléricalisme. Il faut nettoyer, purifier l’intérieur de la maison. Cela passe par la reconnaissance des faits, la repentance, l’écoute des victimes et le soutien apporté pour aider à la reconstruction de vies détruites – par les abus eux-mêmes et par le silence qui les a entourés. Au travers de procédures transparentes – il y va de la crédibilité d’une Eglise appelée à des réformes structurelles afin que «cela n’arrive plus».
Ce que François appelle de ses vœux depuis le début de son pontificat, et de façon plus pressante dans sa récente Lettre au peuple de Dieu, c’est une conversion des mentalités pour mettre fin à une culture d’Eglise qui a permis que se perpétuent des actes pervers, mais aussi une emprise sur les consciences de la part des détenteurs d’une «autorité spirituelle».


 Le chantier est ouvert: à chacun d’empoigner ses outils là où il est.


 «L’Eglise catholique serait-elle à un tournant de son histoire?», s’interroge le jésuite François Euvé dans l’éditorial d’Etudes de ce mois. Et d’appeler les chrétiens à «décentraliser l’Eglise à tous les niveaux» dans une perspective synodale et à «apporter leur pierre à la reconstruction de l’édifice». Le chantier est ouvert: à chacun d’empoigner ses outils là où il est pour rebâtir sur des fondations saines.
Le travail a commencé, le synode sur «Les jeunes, la foi et discernement vocationnel» qui s’est ouvert le 3 octobre en témoigne: deux ans qu’il a engagé un dialogue à tous les niveaux – qui contre le cléricalisme – pour mener une réflexion sur l’avenir: comment accueillir, écouter, accompagner les jeunes aujourd’hui, dont beaucoup attendent du pape une parole sur les abus sexuels? Quelles réponses leur offrir dans une société en mal de repères? Les évêques réunis à Rome, recueillant les fruits d’une vaste consultation, ont un mois pour se mettre au diapason de la jeunesse.
François l’a dit en ouverture: il veut une Eglise «à l’écoute et en chemin», créative, dynamique, joyeuse, qui se laisse interpeller. Pour répandre partout la joie de l’Evangile. En cela il rejoint un autre François, le pauvre d’Assise, dont il se réclame. Lui qui disait à Frère Tancrède: «Il faut aller vers les hommes. (...) C’est notre amitié qu’ils attendent, une amitié qui leur fasse sentir qu’ils sont aimés de Dieu et sauvés en Jésus-Christ» (Eloi Leclerc, Sagesse d’un pauvre). C’est tout.

 

Cette semaine

2018-41-sommaire 

 

Fin de vie et suicide

coucher1

 

coucher2

 

archives-2018

 

Tablette Amigo




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1211 Genève 7. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch