Phrases assassines Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • «T’es schizo ou quoi?», «Quel mytho!», «Laisse, il doit sûrement être bipolaire»… Des petites phrases anodines entendues dans la rue, le bus ou le tram, que les ados se lancent sans trop réfléchir ou que vous avez peut-être vous-même prononcées d’un ton ironique, sans penser à mal, pour charrier un ami. Mais des phrases assassines pour les personnes souffrant réellement d’une maladie du cerveau. Et pour leurs proches, qui se comptent par centaine de milliers en Suisse – la schizophrénie, on a tendance à l’oublier, est cinq fois plus répandue que la maladie de Parkinson.

    Or, ces abus de langage sont stigmatisants. Ils contribuent à réduire une épouse ou un mari aimé, un enfant chéri, avec leurs rêves et leurs émotions, à leur pathologie. Ils participent de la marginalisation de personnes qui, pour guérir, ont besoin d’un entourage bienveillant. Ce à quoi travaille justement l’association valaisanne Synapsespoir. Depuis treize ans, elle se bat pour tendre la main aux proches de personnes en souffrance psychique. C’est à sa demande que le psychiatre Alexandre Chanachev, interviewé dans l’Echo, viendra du canton de Fribourg pour donner une conférence à Martigny le 27 octobre. Pour rappeler que le trouble bipolaire, qui conduit plus souvent au suicide que les autres maladies mentales, ne devrait jamais être pris à la légère. Et pour dire aux familles confrontées à cette réalité: «Ne baissez pas les bras, car votre amour et votre patience contribuent à sauver l’être aimé».

    Près de 60% des malades consomment des drogues.

    Si un traumatisme – deuil, rupture, accident, etc. – déclenche souvent la schizophrénie ou le trouble bipolaire chez des personnes qui y sont génétiquement prédisposées, le stress et la pression sociale jouent aussi un rôle déterminant. Le plus grand obstacle à la guérison, dit le psychiatre, est la drogue. Près de 60% des personnes souffrant d’un trouble bipolaire en consomment – l’alcool en particulier. Ce constat devrait interroger une société obsédée par la performance et les apparences dans laquelle les psychotropes deviennent de plus en plus incontournables pour tenir le rythme… quand ce n’est pas le travail lui-même qui est une drogue. Rythme effréné, drogues et exclusion sociale nourrissent un cercle vicieux qui devrait nous appeler à lever le pied. Pour prendre un peu de recul, ouvrir nos cœurs et éviter les phrases assassines. 

    Articles en relation


    Santé mentale

    S’il n’est pas soigné, le trouble bipolaire peut conduire au suicide plus souvent que les autres maladies mentales. Le psychiatre Alexandre Chanachev nous a reçu le 10 octobre dans son cabinet à Bulle (FR) pour la Journée mondiale de la santé mentale. Invité par une association de proches de personnes en souffrance psychique, il donnera une conférence le 27 octobre à Martigny (VS).


    Témoin: sublimer sa schizophrénie

    Fin septembre, le chansonnier, poète et psychologue Pierre Dominique Scheder proposera de découvrir Lausanne dans les pas d’un âne… Portrait d’un septuagénaire qui est parvenu à sublimer sa schizophrénie.


    Un monde raisonnable

    «C’est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.» Cette phrase d’Erasme dans son Eloge de la folie, publié en 1511, entre en résonance avec le parcours du chansonnier, poète et psychologue vaudois Pierre Dominique Scheder. Souffrant de schizophrénie et de dépression, celui-ci a vécu sept ans d’enfer dans les années 1980 avant d’en sortir progressivement et de dédier sa vie professionnelle à ses camarades de folie.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Le poids de la croix

    31-01-2023

    Le poids de la croix

    On ne peut rester indifférent à la lecture des épreuves qu’ont affrontées le skieur Théo Gmür et le militant des droits humains Germain Rukuki. Handicap et harcèlement pour le premier...

    La force de Théo Gmür

    31-01-2023

    La force de Théo Gmür

    Fin janvier, Théo Gmür est devenu vice-champion du monde de slalom géant à Espot, en Espagne. Rencontré peu avant la compétition, le triple champion paralympique de ski s’est confié sur...

    Santé: il manque toujours des organes

    31-01-2023

    Santé: il manque toujours des organes

    Neuf mois après l’acceptation par les Suisses du consentement présumé – qui ne sera pas introduit avant 2025 –, la Confédération alerte sur un nombre de dons d’organes insuffisant. Même...

    Famille: faire dormir son enfant

    31-01-2023

    Famille: faire dormir son enfant

    Bien des papas et des mamans se demandent comment aider leur petit à trouver facilement un sommeil profond. Si le tempérament joue un rôle, certains comportements peuvent y aider. La...

    Expo: Yves Klein et l’art aborigène

    31-01-2023

    Expo: Yves Klein et l’art aborigène

    Fameux pour son bleu outremer, l’artiste français Yves Klein (1928-1962) a tissé un rapport ténu mais identifiable avec l’art aborigène australien. Une découverte poétique dévoilée par la Fondation Opale, en...

    Jeunesse: JMJ en vue

    31-01-2023

    Jeunesse: JMJ en vue

    C’est reparti cette année pour les JMJ! Des jeunes du monde entier se retrouveront avec le pape François à Lisbonne du 23 juillet au 8 août sur le thème «Marie...

    Médias catholiques: n’ayez pas peur!

    31-01-2023

    Médias catholiques: n’ayez pas peur!

    «Comment se faire entendre en tant que journalistes catholiques dans le vacarme médiatique actuel?», se sont demandés les professionnels de l’information réunis à Lourdes du 25 au 27 janvier.

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!





    Echo Magazine © Tous droits réservés