Derrière la barquette Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • «Comment pouvez-vous diffuser ces images? Des enfants pourraient les voir. Pourquoi montrez-vous cela?»: au début des années 2000, un reportage de Canal 9 surprit plusieurs spectateurs qui manifestèrent leur mécontentement. Qu’avaient donc pu filmer les journalistes de la chaîne locale valaisanne pour choquer ainsi? Un accident de la route?

    Non, il s’agissait du portrait d’un habitant de Saxon vers qui se tournaient encore quelques paysans désirant voir leurs bêtes mises à mort «à l’ancienne», c’est-à-dire sans être emmenées par camion avec des dizaines d’autres animaux vers un abattoir collectif. La caméra avait filmé le travail du vieil artisan: l’accueil du fermier livrant, presque la larme à l’œil, son cochon, puis l’abattage, la récolte du sang pour le boudin et la découpe de la carcasse. Certes un peu crues, ces images montraient «simplement» ce qui se cache derrière le morceau de viande acheté chez le boucher ou la barquette mise dans le Caddie en grande surface.

    La barquette sous cellophane, oui. La mort de l’animal, non.

    La société de consommation est passée maître dans l’art de dissimuler la facette la moins vendeuse du marché. La barquette sous cellophane, oui. La mort de l’animal, non. Le plaisir de faire cuire une tranche sur son gril, d’accord. Mais sans la vue du sang. Avec le risque que les nouvelles générations ne fassent bientôt plus le lien entre le steak et le bœuf. Au point d’ignorer que manger l’ensemble des morceaux tirés de la vache ou du cochon (foie, tripes, etc.) au lieu de se limiter aux plus nobles (filet, côtelettes) permettrait de limiter le gaspillage alimentaire. Et par conséquent le nombre de bêtes tuées.

    Alors que l’écologie et la sobriété énergétique sont devenues des préoccupations incontournables – ils étaient encore 2000 à manifester dimanche à Lausanne pour le climat –, les Suisses pourraient revenir, par souci de cohérence, à certaines bonnes habitudes d’antan. En demandant par exemple un pied de porc la prochaine fois qu’ils se rendront chez le boucher ou dans un restaurant proposant encore les bas morceaux de l’animal le plus consommé du pays. Qu’ils acceptent ou pas l’initiative «Non à l’élevage intensif» le 25 septembre prochain.

    Articles en relation


    Quand la nourriture rend malade

    Après le lactose et le gluten, voici les FODMAPS. Ces sucres fermentescibles, comme le fructose et le lactose, provoquent souvent des problèmes intestinaux.


    «Avant, on mangeait tout dans le porc»

    Tout est bon dans le cochon, dit-on. Mais les pieds de porc ne séduisent plus les Suisses. Manger l’entier de l’animal le plus consommé du pays réduirait pourtant le gaspillage. Virée au Jura, terre porcine par excellence, à deux semaines de la votation sur l’élevage intensif.


    Les animaux auront de quoi manger

    L’élevage de porcs et de volaille en Suisse dépend en bonne partie de fourrage acheté à l’étranger. La guerre en Ukraine – le grenier à blé de l’Europe – ne menace pas de vider les auges, mais les porte-monnaies.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Discrète lumière

    29-11-2022

    Discrète lumière

    Dans les convulsions de notre monde et les menaces qui pèsent sur lui, en ce temps qui précède Noël, une attente a commencé. Discrète. Un enfant va naître dans la...

    Un nouveau rédacteur en chef

    29-11-2022

    Un nouveau rédacteur en chef

    Il y a une année et demie, je reprenais la rédaction en chef par intérim suite au départ d’Aude Pidoux. Depuis, l’Echo Magazine a fait sa mue avec une mise...

    Violence chez les aînés

    29-11-2022

    Violence chez les aînés

    L’âge ne protège pas de la violence conjugale. Les statistiques, dans lesquelles les seniors apparaissent peu, ne reflètent que très imparfaitement la réalité, selon les spécialistes. Le passage à la...

    Francophonie: quel avenir pour le français?

    29-11-2022

    Francophonie: quel avenir pour le français?

    Le 18e Sommet de la francophonie s’est tenu en Tunise les 19 et 20 novembre. L’occasion de constater l’attachement à la langue française des pays du Sud, qui y voient...

    Des cadeaux différents

    29-11-2022

    Des cadeaux différents

    Devenir propriétaire d’un koala à des milliers de kilomètres de chez soi ou parrainer une ruche: des idées de cadeaux originales et dématérialisées qui se multiplient dans un contexte de...

    Monastère tibétain de Rikon

    29-11-2022

    Monastère tibétain de Rikon

    Cœur spirituel de la communauté tibétaine de Suisse depuis 1968, le monastère de Rikon, perché sur une colline boisée du canton de Zurich, abrite sept moines et un abbé. Visite...

    L’humour en piste

    29-11-2022

    L’humour en piste

    Alors que le Montreux Comedy Festival se développe à l’international, et particulièrement en Afrique, Bérengère Krief présente le gala La piste aux étoiles avec une constellation d’humoristes suisses et francophones...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!





    Echo Magazine © Tous droits réservés