Les scouts et un général Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • C’est presque un monde à part, une zone préservée des absurdités du monde et du temps. Rien ne semble plus simple et plus agréable que la vie à l’intérieur d’un camp scout, même lorsqu’il est plus grand que la plupart des villes du canton qui l’accueille. Bien sûr, le camp fédéral connaît les écueils d’un rassemblement de 30’000 personnes, mais il y flotte une atmosphère de bienveillance – d’amour, selon une participante – qui manque beaucoup aujourd’hui.

    Plus que dans l’innocence qu’on pourra vouloir leur attribuer, louveteaux et éclaireurs se situant entre l’enfance et l’adolescence, l’origine de cette ambiance apaisée, de cette sérénité scoute est à chercher dans leur philosophie de vie et dans leur art du vivre-ensemble. Etre vrai, se réjouir de ce qui est beau, aider autour de soi, écouter et respecter les autres sont quelques-unes des lois qu’ils respectent ou, plus exactement, qui les guident dans leur vie de scout et de tous les jours. Cela n’a rien que d’évident pour tout un chacun. Rappeler ces principes universels n’est pourtant pas inutile à l’heure où, pour certains, l’inclusion consiste d’abord à chercher le plus petit diviseur commun et où, pour d’autres et parfois les mêmes, les expressions culturelles devraient être réservées au seul groupe ethnique dont elles émanent (lire en page 8).

    Les Confédérés ont préféré chercher ce qui les rassemblait.

    Les cantons suisses du 19e siècle auraient pu insister avant tout sur leurs différences culturelles, politiques et confessionnelles. Nul ne s’en serait offusqué à une époque où les peuples d’Europe s’appuyaient sur leur langue pour clamer leur particularité en attendant le droit à disposer d’eux-mêmes. Mais les Confédérés ont préféré chercher ce qui les rassemblait, un dénominateur commun, quitte à prendre des libertés avec l’histoire: des valeurs. Ce sont elles qui les ont unis. Comme les scouts.

    Saint-Exupéry, dans une lettre à un général qu’on ne lira jamais assez, écrivait que la civilisation «porte non sur les choses, mais sur les invisibles liens qui les nouent l’une à l’autre». Ainsi en va-t-il des hommes. Resserrer les liens plutôt que s’évertuer à les rompre est un vœu d’une banalité digne d’un discours de 1er août. Il serait bon qu’il soit tout aussi banal de le réaliser.

    Articles en relation


    Le rassemblement scout en Valais

    L’ancien aérodrome militaire d’Ulrichen (VS) n’a jamais été aussi vivant. On se tape dans la main, on chante, on joue, on part en mission: depuis le 23 juillet et jusqu’au 6 août, 30’000 scouts se croisent chaque jour dans le plus grand camp fédéral de leur histoire.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Son vrai visage

    20-09-2022

    Son vrai visage

    «Ce n’est pas nous qui résolvons les problèmes, mais les personnes elles-mêmes.» Cette conviction, partagée par Jean-Claude Huot, aumônier, anime les acteurs de la Pastorale œcuménique du monde du travail...

    Monde du travail: besoin d’écoute

    20-09-2022

    Monde du travail: besoin d’écoute

    «Les personnes qui viennent me voir ont besoin d’écoute et de temps. Dans le dialogue, je les aide à prendre conscience de leur valeur et à trouver les réponses elles-mêmes.»...

    Un nouvel ordre mondial?

    20-09-2022

    Un nouvel ordre mondial?

    Moscou, Pékin et les six autres membres de l’Organisation de coopération du groupe de Shanghai ont montré leur union face à l’Occident les 15 et 16 septembre lors d’une rencontre...

    Nos lacs pour chauffer nos bâtiments

    20-09-2022

    Nos lacs pour chauffer nos bâtiments

    L’urgence climatique stimule le développement de l’hydrothermie. A Genève, le réseau GeniLac, l’un des plus grands au monde, irriguera des centaines de bâtiments en froid et en chaleur. Car les...

    30 ans de vins bio

    20-09-2022

    30 ans de vins bio

    Parmi les pionniers suisses de la vigne bio, le domaine des Coccinelles a ouvert la voie dans le canton de Neuchâtel en 1992. Pierre Lambert, qui a repris le flambeau...

    Un siècle d’art suisse

    20-09-2022

    Un siècle d’art suisse

    Le Kunstmuseum de Soleure accueille la collection du Seelandais Gerhard Saner, vouée à l’art moderne et contemporain suisse. De Ferdinand Hodler à Max Bill, cet accrochage diversifié offre bien des...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!





    Echo Magazine © Tous droits réservés