La tristesse de l’habitude Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Quand nous sommes-nous habitués à ces choses-là? A ces scandales que nous n’accueillons plus qu’avec un haussement d’épaules, comme un banal changement d’entraîneur au FC Sion? Sans doute est-ce leur répétition qui finit par les installer dans le décor au point qu’ils nous indiffèrent ou presque. «L’histoire est prise dans une boucle», chantait Noa Kirel pour Israël au concours Eurovision de la chanson le 13 mai. C’était la veille des 75 ans de la déclaration d’indépendance de son pays, et c’était peu après l’annonce d’un cessez-le-feu entre l’armée israélienne et des groupes armés palestiniens.

    Celui-ci suspendait l’épisode le plus violent – une trentaine de morts – dans la région depuis… août 2022. La boucle est courte, qui laisse moins d’un an entre deux vagues de tension. Avec, dans l’intervalle, des escarmouches et embrasements dont nous avons pris connaissance en passant, entre deux épidémies ou conflits. Parce que nous nous y sommes habitués. Tellement que, si l’on tend volontiers un doigt accusateur sur le passé dans nos régions, surtout lorsqu’il est colonial, nous en venons à oublier que, pour les Palestiniens, c’est aujourd’hui, le temps des colonies. Tout au plus entendons-nous, lorsqu’Israël prend trop ses aises dans les territoires dits occupés, les autorités nous répéter leur attachement à la solution à deux Etats dans l’esprit des accords d’Oslo. Oslo, c’était il y a trente ans. Nous espérions alors nous habituer aux poignées de mains entre ennemis, mais non – on ne change pas aisément ses vieilles habitudes. Alors nous nous sommes habitués aux violences.

    Le Proche-Orient est loin, il s’éloigne avec le temps.

    Nous ne sommes pas à blâmer: il y a la vie et ses soucis, il y a la vie et ses joies. Elle continue ici, même quand elle s’arrête là-bas; le Proche-Orient est loin, il s’éloigne avec le temps. La lassitude étant fille de l’habitude, nous n’y prêtons pas plus attention qu’aux chamailleries d’un vieux couple – ma foi, on ne les changera plus. C’est cela qui est terrible, avec l’habitude, c’est qu’elle prend la place de l’espoir. Et très vite: ne nous sommes-nous pas déjà un peu habitués à la guerre en Ukraine?

    Articles en relation


    Ukraine: les visages de la guerre

    Le 24 février 2022, Vladimir Poutine lançait l’«opération spéciale» visant à «dénazifier» l’Ukraine, guerre que les Ukrainiens nomment «l’invasion à grande échelle». Dans le Donbass, où la confrontation dure depuis dix ans, volontaires locaux et étrangers défendent le drapeau jaune et bleu.


    La guerre, tout un poème

    Quoi de plus beau qu’une guerre? Sans même parler du magnifique potentiel économique qu’elle représente – l’industrie de l’armement tourne à plein régime et l’on pourra ensuite reconstruire, car comme chacun le sait, «quand le bâtiment va, tout va». Sa beauté est tout artistique. C’est l’exaltation du corps en tension. Que de belles statues on pourra ériger! C’est le génie des stratèges militaires. Que de manuels on pourra écrire! C’est la lutte éternelle du Bien contre le Mal, de la liberté contre la tyrannie, de la justice contre l’obscurantisme. Quels beaux récits on en tirera!


    Ukraine: il faudra bien faire la paix

    Depuis l’invasion russe de l’Ukraine, la voix des pacifistes est presque inaudible en Suisse. Des bords du Léman à La Chaux-de-Fonds, chrétiens de gauche, mennonites et quakers remettent pourtant en question l’idée qu’une aide militaire massive à Kiev ramènerait la paix à l’est de l’Europe.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    La guerre, tout un poème

    20-02-2024

    La guerre, tout un poème

    Quoi de plus beau qu’une guerre? Sans même parler du magnifique potentiel économique qu’elle représente – l’industrie de l’armement tourne à plein régime et l’on pourra ensuite reconstruire, car comme...

    Ukraine: les visages de la guerre

    20-02-2024

    Ukraine: les visages de la guerre

    Le 24 février 2022, Vladimir Poutine lançait l’«opération spéciale» visant à «dénazifier» l’Ukraine, guerre que les Ukrainiens nomment «l’invasion à grande échelle». Dans le Donbass, où la confrontation dure depuis...

    Le symbole d’une résistance

    20-02-2024

    Le symbole d’une résistance

    Alexeï Navalny est mort à 47 ans dans une colonie pénitentiaire du cercle arctique le 16 février. L’opposant russe le plus célèbre à Vladimir Poutine était l’icône esseulée d’une maigre...

    Valais: réécrire la Constitution

    20-02-2024

    Valais: réécrire la Constitution

    Le Valais pourrait se doter d’une nouvelle Constitution: ses citoyens se prononceront le 3 mars sur le texte élaboré par une assemblée constituante. L’exercice de réécriture de la loi fondamentale...

    Le portrait de l’Echo: Frère Rémi-Michel Marin-Lamellet

    20-02-2024

    Le portrait de l’Echo: Frère Rémi-Michel Marin-Lamellet

    Il lui a fallu du temps pour trouver sa place, qui est aujourd’hui à la Villa Saint-Hyacinthe que les dominicains habitent en ville de Fribourg. A bientôt 30 ans –...

    En quête des prémices

    20-02-2024

    En quête des prémices

    La plante du mois de l'Echo

    La Fondation Opale fête ses 5 ans

    20-02-2024

    La Fondation Opale fête ses 5 ans

    A l’occasion de son cinquième anniversaire, la Fondation Opale, dédiée à l’art aborigène d’Australie, inaugure de nouveaux espaces et propose une exposition confrontant des œuvres d’horizons très divers.

    Le monde selon Monsieur X

    20-02-2024

    Le monde selon Monsieur X

    Entrepreneur, chef d’entreprise, milliardaire et père de onze enfants de trois mères différentes, Elon Musk est un twitteur compulsif. Pas étonnant qu’en 2022, il se soit offert son réseau social...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés